Vehicules

Qu’est-ce qu’ils signifient les lettres et les chiffres des modèles des camions?

En naviguant parmi les centaines d’annonces de vente des camions ou tracteurs routiers, en se plongeant aux milles des photos il est plus facile de perdre la tête et se tromper tout: marques, modèles, caractéristiques. Cette article vise à vous aider par donner des indices: quelle information est cachée au nom des modèles des constructeurs des poids lourds différents.

MAN nomme ses gammes Trucknology Generation (TG): Trucknology Generation A, S, M, L ou X. Par exemple, déchiffrons tracteurroutier MAN TGX 18.540 – poids total à charger de 18t, puissance du moteur – 530 CV. Un autre camion, MAN TGX 33.540 est un représentant du poids lourd long-courrier à PTAC 33t et puissance moteur de 540 CV.

Le fabricant néerlandais DAF propose aujourd’hui les gammes XF – Extra Forte, CF – Comfort Forte, LF – Levis Forte. Par exemple, DAF CF85 410 signifie un camion de moyen tonnage, de PTAC 85t et à la puissance du moteur de 410 CV.

En ce qui concerne le constructeur suédois Scania, ses modèles sont plus “parlants”. La première lettre définit le type de cabine P, G, R, S pour les gammes actuelles ou autres – pour les gammes précédentes. La deuxième lettre signifie l’application (D – distribution, C – construction, L – long distance). Les chiffres découvrent les notions déjà mentionnée: PTAC et la puissance de moteur). Mercedes AXOR 1836 hydraulique montre, après tout, que c’est un long courrier.

Les camions Renault sont faciles à lire: Renault Kerax 270 DCI– la gamme (camion de distribution ou de chantier dans nos cas) a un moteur diesel de puissance de 220 et 270 CV.

Publicités
Pratique, Vehicules

Des conseils à suivre lorsque votre voiture ne démarre pas

Remorquage voiture

Une voiture peut vous emmener là où vous voulez et ensuite vous abandonner au beau milieu de la route. Avant de vous déchaîner, il est important de déterminer la source de la panne et les points essentiels à vérifier pour la résoudre. Oui, mais lesquels ?

Les points essentiels

Avant de faire appel à un service de Remorquage voiture, vous devriez peut-être vérifier quelques éléments! Le démarreur peut être fatigué et pour cela, vous devez tenter de faire démarrer la voiture en donnant quelques coups sur sa partie avant. Vous pouvez également pousser votre véhicule en manipulant la pédale d’embrayage en seconde. L’antidémarrage, qui est un dispositif électronique empêchant le vol de la voiture, n’a peut-être pas été désactivé. Un antidémarrage doté d’un code à 4 chiffres bloque pendant 30 minutes votre véhicule si vous vous être trompé de combinaison à trois reprises. L’antidémarrage avec une impulsion requiert un démarrage après avoir appuyé sur le bouton d’ouverture des portes.

La batterie peut être également déchargée à cause de plusieurs mauvaises actions. Pour vérifier cela, vous devez savoir si la diffusion de lumières des phares est faible ou si certains voyants s’allument. Les cosses de la batterie sont oxydées à cause des changements de température et de l’humidité. Si elles sont d’une autre couleur que le gris métallique, vous devez les gratter avec du papier de verre ou encore y poser une noix de graisse. Le moteur peut être noyé à cause d’un excès d’essence. Pour cela, vous devez patienter pendant 20 minutes pour laisser une évaporation naturelle.

Des informations supplémentaires

Pour plus de prudence, vous devez vous munir de câbles de démarrage qui ne coûtent pas trop cher afin de réaliser un Remorquage Camping-car. Si vous faites face à une panne électrique pour une voiture à boîte de vitesses manuelle, le Remorquage Camping-car s’effectue en poussant. Dès que les 20 km/h sont atteints, vous passez la deuxième vitesse pour ensuite relâcher l’embrayage. Les charbons sont également des éléments idéals pour faire passer le courant.

Pratique, Vehicules

Comment choisir son pneu vélo de route

Pneus velo

Le vélo est votre passion, et quel soit récente, ou que vous ayez déjà pratiqués le cyclisme depuis plusieurs années, le choix des pneus est toujours le casse-tête de tous les cyclistes !

On se demande toujours ce qu’il faut en terme de taille, quel TPI prendre, quelle est la différence entre les 4 modèles des pneus de marque Michelin, etc.

Pneus increvables et pneus anti-crevaison ?

Avant d’attaquer le choix du pneu précisément, il est possible de choisir parmi 2 types de pneus différents : les pneus équipés d’un revêtement anti-crevaison ou les pneus increvables.

Les pneus anti-crevaison possèdent une surcouche légère autour du pneu pour résister le plus longtemps possible aux attaques quotidiennes, en revanche, il peut crever et n’est pas tellement garanti.

En revanche, un pneu increvable tel que le très réputé Marathon Plus du fabricant Schwalbe est un pneu résistant, endurant, très dur qui va résister à 99% des objets et Schwalbe le met en valeur dans une vidéo, où l’on voit des vélos équipés de ces pneus, qui roulent sur des objets pointus comme des punaises de bureau ou des bouts de verre, et c’est bluffant car la chambre à air ne crève pas !
De plus, ces pneus équipent certains vélos en location dans les villes, preuve de leur résistance.

Son défaut est qu’il est plus lourd que la moyenne des autres pneus à cause d’une bande de roulement plus épaisses (il n’y a pas de magie).

Ainsi, si vous faites de longue randonnée où la performance n’est pas primordiale, en revanche vous chercher un pneu solide qui ne vous lâchera pas au bord d’une route ou que vous rouliez souvent sur votre vélo pour aller au travail, alors ce pneu saura se faire apprécier !

Le TPI, la valeur miracle ?

Il s’agit d’une valeur qui détermine le nombre de fils qui compose le pneu sur un pouce carré. Lorsqu’un pneu vélo de route fait 100 TPI, alors le pneu est de bonne qualité, et plus ce nombre est important, et plus le rendement augmente ce qui se ressent par le cycliste car le pneu roule mieux (il s’écrase moins, et la conduite est plus fluide).

La pression des pneus

La pression d’un pneu, route et même VTT, est inscrite sur le flan du pneu. Il s’agit d’une pression en bars donnée par le constructeur qui définit une plage d’utilisation pour avoir le meilleur rendement et la meilleure adhérence du pneu.

La règle principale est d’éviter de choisir une pression inférieure à la pression conseillée car cela peut déformer de pneu. Je note « éviter » car certains pneus acceptent des pressions inférieures et permettent d’augmenter l’adhérence.

Au contraire, un pneu trop gonflé, va rebondir sur la route, et le vélo va excessivement vibrer de manière inutile. Dans tous les cas, la bonne pression du pneu va dépendre du choix de chaque cycliste et de son ressenti. A vous de tester avec une pression un peu plus basse par exemple pour gagner en confort.

Je vous invite à lire le travail de John, du site CommeUnVelo, qui a réalisé un top 10 des pneus vélo de route qui présente beaucoup plus en détail les différences de chaque pneu ainsi que les calculs de pression.

Bonne lecture !